+ Nos tracts > Convention d’Objectifs et de Gestion CNAM-ETAT 2018 - 2022 Encore et toujours l’austérité !!!

Convention d’Objectifs et de Gestion CNAM-ETAT 2018 - 2022 Encore et toujours l’austérité !!!

Par Sud Haute Normandie - 1er/02/2018

SUD Protection Sociale Haute Normandie Communiqué de presse
8 rue de la Savonnerie
76000 Rouen
sudpshn@laposte.net

Contact 06 88 06 73 34

Convention d’Objectifs et de Gestion CNAM-ETAT 2018 - 2022
Encore et toujours l’austérité !!!

La COG 2018-2022 vient d’être adoptée par le Conseil de la CNAM le 25 janvier dernier et devrait être signée avec l’État le 15 février. C’est une adoption sans enthousiasme puisque seuls 11 administrateurs sur 35 ont voté pour (10 ont pris acte, 6 ont voté contre et 8 se sont abstenus). Parmi les votes pour, on peut noter la Mutualité Française qui devient de plus en plus une assurance commerciale et qui n’a qu’un rêve, récupérer "une part de marché" sur le dos de l’Assurance Maladie Solidaire.

Comme dans les autres branches de la Sécurité Sociale, cette COG est marquée du sceau de l’austérité et de la baisse de moyens.

Cette COG, dont la lecture donne l’illusion qu’elle vise à améliorer le système de soins, (renforcer l’accès territorial et financier aux soins, contribuer à la transformation et l’efficience du système de soins, rendre aux usagers un service maintenu à un haut niveau, accompagner l’innovation numérique en santé, réussir l’intégration d’autres régimes...), n’est en fait, qu’un contrat de forte réduction des moyens auxquels on ajuste les missions.

Comment, en effet, afficher ces objectifs quand la COG prévoit la suppression de 3 600 postes nets sur 5 ans, c’est à dire passer de 64 806 à 61 200 ETP. Pour arriver à cet objectif, avec l’intégration de 4 450 emplois du RSI et des régimes étudiants, cela veut dire qu’en réalité, c’est 7 550 postes qui vont disparaître en 5 ans soit 1 541 postes par an pour atteindre l’objectif net (200 de plus que pendant la COG 2014-2017).
Le journal "les Échos" indique qu’au-delà du non remplacement des départs à la retraite, ce sont les changements d’organismes ou les démissions qui ne seront plus remplacés.
Rappelons que les effectifs de l’Assurance Maladie sont passés de 103 400 en 2004 à 85 000 en 2017 soit une baisse de plus de 18 000 postes en 13 ans !!!

Les frais de gestion doivent être réduits de 3,5%.

Si le budget de prévention, notamment sur le tabagisme, augmente de 45%, le budget d’action sanitaire et sociale baissera de 20%. Encore une fois, ce sont les assurés en difficultés qui vont payer.

Alors que les caisses ont déjà de grandes difficultés pour fonctionner, que les dossiers en attente s’accumulent, que les applications informatiques dysfonctionnent et/ou ne sont pas adaptées, que les conditions de travail sont de plus en plus difficiles avec de nombreux collègues en souffrance, la nouvelle cure d’austérité va rendre encore plus dures les années à venir.
Après des fusions de CPAM en 2010, des mutualisations TRAM en 2016-2017, la CNAM prévoit de nouvelles mutualisations et le développement à tout crin du numérique.

Les salariés de l’institution vont devoir faire toujours plus avec moins de moyens, les conséquences pour les assurés sociaux vont être catastrophiques :
Allongement des délais et de la qualité des remboursements,
Réduction des moyens l’aide sociale,
Réduction de l’accueil de proximité…

Et dans notre Caisse, à quelle sauce allons-nous être mangés ? Combien de suppressions de postes prévues ? Des remplacements seront-ils toujours possibles avec cette COG ?

Que gouvernement et instances dirigeantes de la CNAM mettent en place une telle politique nous fait douter de leur réelle volonté à maintenir un Service Public de Sécurité Sociale solidaire. M. Revel, Directeur Général de la CNAM, proche du Président de la République va appliquer avec zèle la politique de destruction du Service Public voulue par Macron.

Sud Protection Sociale dénonce cette politique et la signature de cette COG.

Sud Protection Sociale appelle les salariés de la Sécu et les assurés sociaux à réagir et à s’opposer à cette politique d’austérité.

Rouen, le 29 janvier 2018

- SUD Protection Sociale -