+ Tracts > Le 09/04/2013, disons NON à la loi sur l’Insécurisation de l’Emploi !

Le 09/04/2013, disons NON à la loi sur l’Insécurisation de l’Emploi !

Par UF - 3/04/2013

De nombreux salarié-es, chômeurs/chômeuses, retraité-es, ont manifesté le 05 mars 2013 contre l’accord dit « de sécurisation de l’emploi » signé en janvier par le MEDEF et les trois organisations syndicales CFDT, CGC et CFTC.

Le projet de loi né de cet accord, présenté au Conseil des Ministres le 06 mars, est débattu au parlement depuis le 02 avril. Rappelons que, loin de constituer un accord donnant/donnant, c’est au contraire la consécration de régressions sociales historiques !!!

Nous devons continuer à nous mobiliser maintenant pour que ce projet de loi ne puisse pas être voté tel quel.

Les signataires de cet accord qui prétendent obtenir de nouveaux droits leurrent les salariés. Car le peu d’améliorations prévues par le texte fait l’objet de dérogations multiples.

Par contre, cet accord attaque de façon inacceptable le Code du Travail en permettant aux entreprises de sous-payer les salariés, de les forcer à la mobilité, de rallonger le temps de travail, de réduire considérablement les délais de contestation au tribunal des Prud’hommes, de supprimer certains plans sociaux, et ensuite de pouvoir quand même les licencier sans entrave.

Les patrons pourront boucler les licenciements dans un délai de 2 à 4 mois, voilà ce qui est sécurisé ! Et les salariés devront dans ce délai s’informer, analyser, faire expertiser, expliquer, mobiliser, médiatiser, négocier, contester…

Autant dire qu’il sera impossible pour les salariés de repousser les licenciements même en cas de mensonge ou de dissimulation du patron, ou de refus de discussion.

Ces cadeaux supplémentaires au patronat sont insupportables.

La Sécu directement concernée

Nombreux sont ceux dans le secteur de la santé (collectifs sur la santé, associations d’assurés, syndicats…), à s’élever contre cet accord.

La généralisation de la complémentaire santé est présentée comme une avancée.

Pourtant :

1) la vraie couverture « générale » et « portable » existe déjà : c’est l’Assurance Maladie.

2) la généralisation de la complémentaire santé permet aux entreprises des exonérations fiscales et sociales, ce qui est un manque à gagner pour l’Assurance Maladie.

3) plus de 80% des contrats d’entreprises prennent en charge les dépassements d’honoraires, ce qui ne va pas dans le sens d’une réduction des dépassements.

SUD PROTECTION SOCIALE appelle les salarié-es, chômeurs/chômeuses et retraité-es à participer massivement à la journée d’action nationale interprofessionnelle du 9 avril 2013.

Montrons notre détermination au gouvernement et REFUSONS que le MEDEF et quelques organisations syndicales fassent la loi en détruisant le Code du travail et les droits des salariés : ce n’est pas en sécurisant les licenciements que les entreprises seront plus compétitives !

- SUD Protection Sociale -