+ Tracts > L’ARNAQUE

L’ARNAQUE

Par UF - 16/12/2009

Au cours des dernières semaines, le montant des excédents budgétaires 2008 a été communiqué... [1]

Branche maladie : 59,2 millions d’euros
Branche famille : 32,0 millions d’euros
Branche recouvrement : 15,5 millions d’euros
Branche vieillesse : 17,8 millions d’euros

Au final, ce sont 124,5 millions d’euros de frais de personnel, dont les organismes avaient été dotés, qui n’ont pas été dépensés et ont été remontés vers les caisses nationales.

Ces budgets sont négociés entre ces dernières et les ministères concernés. Une fois distribués dans les caisses, ils devraient donc être en totalité utilisés au profit des agents puisque prévus pour cela.

Estimant certainement que les salariés de la sécurité sociale sont trop payés et que le niveau des effectifs est suffisant pour accomplir leurs missions de service public, de nombreux directeurs d’organismes n’utilisent pas la totalité du budget.

Et pourtant bon nombre de directeurs nous expliquent qu’ils n’ont aucun pouvoir en matière salariale.

Ils en ont tout de même certains ( en même temps, ils sont payés pour cela et souvent bien payés...eux !!) puisqu’en remontant ces lignes de crédit qui sont prévues pour le personnel :

- ils font le choix de priver ainsi les agents d’éventuelles augmentations de salaire.

- ils font le choix de ne pas embaucher laissant ainsi se dégrader les conditions de travail et les missions de service public des divers organismes.

Pour SUD Solidaires Protection Sociale, ces collaborateurs zélés :

- font de substantielles économies sur le dos des salariés déjà fort mal rémunérés.

- contribuent à la dégradation des conditions de travail des agents et aux services rendus aux citoyens.

De fait, 124 millions d’économisés, cela correspond à :

-  750 euros volés en 2008 à chaque salarié !!!
ou
- Plus de 4000 postes qui auraient pu être créés.

Et puis sur un plan général, la rigueur c’est quoi ?

560 milliards annuels de profits pour les entreprises françaises.
65 milliards d’aide aux entreprises dont 25 milliards d’exonération de cotisations sociales.
32 milliards de dividendes distribués aux actionnaires du CAC40.
15 milliards de bouclier fiscal.
En 20 ans, ce sont 10 points de la part des richesses produites qui sont passés des mains des salariés aux poches des actionnaires.

Dans les organismes de sécurité sociale :

- on ne peut pas demander toujours plus aux salariés sans rémunérer les compétences, les efforts et les qualifications, les mesures liées au GVT positif sont très insuffisantes et loin des revendications des salariés.

- on ne peut pas embaucher des salariés en CDD à répétition, ce sont des embauches en CDI dont nous avons besoin et le remplacement de tous les départs en retraite.

16 décembre 2009

- SUD Protection Sociale -