+ Tracts > JOURNEE DE « SOLIDARITE » : NON AU TRAVAIL GRATUIT

JOURNEE DE « SOLIDARITE » : NON AU TRAVAIL GRATUIT

Par BM, UF - 4/05/2007
Ni le lundi de pentecôte, ni aucun autre jour

QUI PERD ?

Les Salariés , toujours les Salariés, encore les Salariés....
Sous couvert de « solidarité », cette opération de culpabilisation fait en réalité supporter aux seuls salariés l’essentiel des efforts en faveur des personnes dépendantes. Les travailleurs indépendants, commerçants, artisans, agriculteurs, professions libérales, sont dispensés de cette corvée.

QUI GAGNE ?

Les Employeurs, toujours les Employeurs, encore les Employeurs....
Cette journée de travail non rémunérée représente pour les employeurs une économie égale à 0.5% du salaire annuel, alors que la contribution qu’ils doivent reverser ne représente que 0.3% de ce même salaire.
Les employeurs encaissent donc la différence.

CHERCHEZ L’ERREUR ...

D’un côté, le gouvernement et le Medef prétendent « réhabiliter le travail » et déclarent haut et fort qu’il faut travailler davantage pour gagner plus.
D’un autre côté, ils initient des mesures qui augmentent la durée du temps de travail (de 1600 à 1607 heures) sans augmenter la rémunération.
SUD a engagé des recours aux prud’hommes ; ces recours pourront être multipliés si les prud’hommes nous donnent raison.

Cette loi est dangereuse pour le droit du travail.
Cette loi est inéquitable.
Cette loi est inadaptée aux besoins des personnes âgées et des personnes handicapées.

- Pour que le Lundi de Pentecôte redevienne une journée payée et chômée.
Déjà certains employeurs, sous la pression de leurs salariés, ont fini par rétablir cette journée comme chômée et payée.

- Pour ne pas accepter d’ouvrir la voie à la mise en place d’autres journées de travail non rémunérées, contre toute remise en cause des 35 heures.

- Pour le maintien d’un principe fondamental du droit du travail : « tout travail mérite salaire ».

- Pour que le handicap et la perte d’autonomie, comme la retraite ou la maladie, soient pris en charge par la Sécurité Sociale en tant que risques sociaux.

TOUS EN GREVE LE LUNDI 28 MAI 2007

Paris, le 3 mai 2007

- SUD Protection Sociale -