+ Nos tracts > Nouvelle année 2020 : l’UCANSS continue de mépriser le personnel

Nouvelle année 2020 : l’UCANSS continue de mépriser le personnel

Par Sud Haute Normandie - 7/02/2020
Cette nouvelle année débute sen période de lutte pour défendre notre système de retraite solidaire violemment attaqué par Macron/Philippe. Nous avons déjà longuement parlé de projet gouvernemental. Nous nous contenterons de souligner que même dans l’organisation de ce système, des mauvais coups nous attendent. En effet, la création de la Caisse Nationale de Retraite Universelle entraînera la suppression de la CNAV et des CARSAT (ainsi que la disparition des Institutions de Retraite Complémentaire). Ce n’est pas rien que de supprimer la branche retraite de la Sécurité Sociale avec les conséquences négatives pour nos collègues. Pendant ce temps, l’UCANSS et le Ministère continuent d’être sourds à nos revendications : Salaires, emploi, classification, conditions de travail..
PDF - 89.8 ko

SUD Protection Sociale Haute Normandie
8 rue de la Savonnerie
76000 Rouen
Contact 06 88 06 73 34
sudpshn@laposte.net

Nouvelle année 2020 : l’UCANSS continue de mépriser le personnel

Cette nouvelle année débute sen période de lutte pour défendre notre système de retraite solidaire violemment attaqué par Macron/Philippe.
Nous avons déjà longuement parlé de projet gouvernemental. Nous nous contenterons de souligner que même dans l’organisation de ce système, des mauvais coups nous attendent. En effet, la création de la Caisse Nationale de Retraite Universelle entraînera la suppression de la CNAV et des CARSAT (ainsi que la disparition des Institutions de Retraite Complémentaire). Ce n’est pas rien que de supprimer la branche retraite de la Sécurité Sociale avec les conséquences négatives pour nos collègues.
Pendant ce temps, l’UCANSS et le Ministère continuent d’être sourds à nos revendications : Salaires, emploi, classification, conditions de travail...

Des salaires toujours plus à la traîne :
Une Réunion Paritaire Nationale s’est déroulée le 7 janvier et l’UCANSS a annoncé que nous n’aurions aucune augmentation collective, aucune augmentation de la valeur du point. Même la « prime Macron » (avec tous ses défauts n’est pas pour le personnel de la Sécu).
La Direction de la Sécurité Sociale (dirigée par Mme Lignot Leloup, une ancienne des cabinets ministériels de Woerth et Fillon ! On pourrait dire qu’on a mis « le loup dans la bergerie ») a décidé que la RMPP (rémunération moyenne du personnel en place) serait de 1,5 % par an et qu’en conséquence aucune augmentation n’est autorisée pour 2020 mais aussi pour 2021 et 2022 !!!

Depuis 2010, la valeur du point a été revalorisée de 0,5 point après des années de gel. Entre 2010 et 2019, l’inflation a été d’environ 12 % (1 % en 2017, 1,8 % en 2018 et 1,4 % en 2019).

Même les baisses de « charge », en fait les baisses de cotisations qui nous appartiennent sont récupérées par le Ministère (alors que le gouvernement avait dit qu’elles pouvaient servir à augmenter les salaires. Ne serait-ce pas un double langage ?) et le reliquat d’intéressement non versé est bloqué.

Pour l’UCANSS et le Ministère, l’enveloppe disponible est réservée à la classification (qui est une arnaque) et l’éventuel reliquat sera laissé à la main des directions locales c’est à dire distribué à la tête du client.

Nous exigeons :
Un rattrapage du pouvoir d’achat
Une augmentation de la valeur du point
Un déblocage de l’enveloppe financière

Une classification qui rapporte zéro :
L’UCANSS souhaite relancer et conclure la négociation sur la classification en 2020. Rappelons notre forte mobilisation au printemps 2019 et notamment le 25 juin pour réclamer une classification qui apporte un plus aux salariés.
Notre mobilisation a obligé à un recul partiel de l’UCANSS et l’a obligé à maintenir l’ancienneté et à reculer sur le déclassement de l’encadrement.
Mais ses dernières propositions restent loin du compte :
* Il y aura des emplois-repères pour 80 % du personnel mais ça reste flou
* La grille sera unique (employés et cadres -informaticiens – personnel des établissements) avec 9 niveaux (4 pour les employés et 5 pour les cadres)
* Les plafonds du coefficient de carrière sont supprimés mais les points restent à acquérir sous forme de pas de compétence.
* Il est créé 4 paliers dans chaque niveau mais les conditions de passage d’un palier à un autre restent un parcours du combattant : le passage du 1er au 2ième palier se fera au 2ième pas de compétence ; le passage du 2ième au 3ième se fera après avoir d’abord obtenu 3 pas de compétence…
Un agent qui bénéficierait de points de compétence tous les 4 ans mettrait 24 ans à atteindre le 3ième palier. Nous préférons, pour ne pas vous démoraliser, ne pas vous dire quand vous atteindrez le 4ième palier…
* Le nombre de points de compétence par pas passerait de 7 à 9 pour les employés. Les cadres auront le même nombre de points qu’aujourd’hui. Notons que certains organismes font déjà mieux pour certaines catégories d’employés en attribuant 10 point comme par exemple à la CPAM RED.
* L’UCANSS refuse d’augmenter l’ancienneté
* L’UCANSS refuse d’améliorer la règle qui prévoit l’attribution d’au moins 20 % de mesures salariales annuelles.
* Il n’y a aucun mécanisme permettant d’attribuer automatiquement un pas de compétence
* Il est impossible de changer de niveau sans changer de métier. L’UCANSS se contente de proposer 1/2 salaire sous forme de prime
* la règle des 105 % en cas de changement de niveau est supprimée

Bref, cette classification ne doit rien rapporter aux agents et développera encore plus les promotions à la tête du client.

Nous exigeons
Une mesure de revalorisation généralisée à la mise en place de la classification
Une garantie minimum d’évolution par l’attribution de points de compétence automatique
Une augmentation de l’ancienneté
La possibilité d’évoluer sur plusieurs niveaux dans l’emploi

Des emplois insuffisants et des conditions de travail dégradées :

Depuis des années voire des décennies nos conditions de travail se dégradent. Nous subissons la baisse des effectifs avec une charge de travail augmentée.

Des mutualisations au rapprochement d’organismes, les directions nous mettent toujours plus de pression et ne voient que par les objectifs (qui leur rapportent à eux seuls de belles primes)

Avec l’intégration du régime étudiant, du RSI ce sont de nouvelles activités que nous devons absorber souvent avec des formations au rabais.

Nous exigeons :
* L’arrêt des mutualisations et rapprochements d’organisme.
* Des embauches en CDI en nombre suffisant (une embauche par départ)

Rouen le 3 février 2020
lire tract en pièce jointe :

PDF - 89.8 ko
- SUD Protection Sociale -